THE INNER WORLDS - Claude Schmitz

Spectacle diptyque Le Souterrain / Le Château


The Inner Worlds conte les mésaventures de X, anti-héros contraint à une plongée dans son chaos intérieur. Dans cette cosmogonie hautement personnelle, se côtoient tant bien que mal ses obsessions, ses fantasmes et ses angoisses profondes. On y découvre un souterrain, ensuite un château, deux lieux aux reliefs antinomiques tels les deux pans opposés de sa personnalité.


Le Souterrain est l'espace-réservoir des pulsions secrètes du "héros". Dans le premier volet de The Inner Worlds, il tente d'instaurer un ordre sur ce territoire régit par ses obsessions. Il y rencontre également son double enfant, un mystérieux château blanc, un chien noir... et finalement, révèle une zone du souterrain jusqu'alors inexplorée. Formellement, Le Souterrain propose une narration fragmentaire. Le récit évolue par associations d'images et progresse par intermittences. Le rapport au temps y est incertain, tantôt dilaté, tantôt elliptique. L'image, la lumière et le son acquièrent naturellement une place prépondérante. Ces éléments construisent et déconstruisent ce territoire qui, à l'instar des rêves, est en perpétuelle métamorphose. Les objets qui composent la scénographie apparaissent et disparaissent dans des jeux d'ombre et de lumière qui cernent progressivement les contours de cet espace poétique, instable et fragile.


Le Château est l'espace mental de la raison du "héros" et de son rapport conflictuel à la réalité. Dans le second volet de The Inner Worlds, le "héros" est dépossédé de son espace de vie. Les personnages-obsessions, issus du souterrain, envahissent le château. Un agent immobilier leur vend le territoire, le "héros" est alors exproprié... Le Château est un huis clos structuré en trois parties, sa construction narrative est classique. Dans ce territoire, à l'inverse du souterrain, le temps est suspendu. Le traitement de l'espace ne connaît aucune évolution, l'éclairage est cru, zénithal et constant. L'espace du château est circonscrit dans un cube blanc inconfortable et aseptisé. Les personnages y sont en proie à des logorrhées verbales qui stigmatisent leur solitude et plus largement leur incapacité à se transcender. C'est l'espace du vide relationnel et de l'ennui existentiel.





:

Conception texte et mise en scène
Claude Schmitz

Collaboration à l'écriture

Monica Gomes

Assistance à la mise en scène

Edith Bertholet

Stagiaire mise en scène

Carla Python

Scénographie, lumière, costumes, accessoires et effets spéciaux

Estelle Rullier et Raphaël Rubbens

Vidéo

Gaël Cleinow

Création sonore et musique

Thomas Turine

Costumes

Marie Frédérique Fillon

Direction technique

Fred Op de Beek

Jeu

Sandrine Blancke

Fabien Dehasseler 

Victor Dubien

Bruce Ellison

Arié Mandelbaum

Valéry Massion

Pierre Palmi

Regie lumière

Estelle Rullier et Raphaël Rubbens

Regie son

Benjamin Dandoy

Régie plateau

Pierre Piron

Alain Hope

Yves Marirambona

Marion Benhammou

Habilleuse

Albine De Wasseige

Construction des décors

L’équipe des Ateliers du Théâtre National

l’Atelier Zénodb

Sarah Deweppe,

Marilyne Grimmer,

Joachim Hesse

Julia Irribaria

Audrey Laurent

Fred Op de Beek

Geneviève Periat

Pierre Piron

Estelle Rullier

Raphaël Rubbens

Yoris Van den Houte

Frédérice Vannes

Maître chien

Marguerite Aymon



Production: Les Halles de Schaerbeek. Coproduction BOZAR, Théâtre National de la Communauté française, Le Rideau de Bruxelles, KunstenFESTIVALdesArts. En partenariat avec Les Brigittines, Théâtre Marni. Avec l’aide de : Groupov, le Service Théâtre de la Communauté française Wallonie-Bruxelles, Wallonie Bruxelles Théâtre/Danse.


Création - KuntenFESTIVALdesArts                                                                                                  

Halles de scharbeek – Palais des Beaux Arts                                                                    

Bruxelles 2008                                                                                                                                                                                                                                                                               

 

PHOTOSAcces_Au_Souterrain___Au_chateau.html
Acces_Au_Souterrain___Au_chateau.html

Photographies © Sébastien Fayard / Gaëtan Vandeplas

 Scénographie, lumière & accessoiresAcces_Au_Souterrain___Au_chateau.html
THEATRETheatre.html
HOMEHome_Estelle_Rullier.html
Acces_Au_Souterrain___Au_chateau.html